La crise du Coronavirus est un véritable accélérateur d’innovation, et a augmenté la prise de conscience de l’industrie en ce qui concerne le développement durable. L’industrie automobile internationale qui se doit se répondre à cette demande de véhicules de plus en plus autonomes et de plus en plus en accord avec les préoccupations écologiques acutelles, travaillant ainsi dans une perspective de développement durable pour préserver au mieux les ressources naturelles.

Le développement durable dans l’industrie automobile implique une vision globale des opérations, processus, produits et services respectueux de la planète et de l’homme. Celles-ci vont de la «R&D durable et du développement de produits» à la «politique du travail équitable» et couvrent la chaîne de valeur automobile, de la R&D aux services de mobilité.

Les domaines d’investissement vont de l’augmentation de la capacité de production d’énergie renouvelable dans les usines de fabrication aux installations de traitement de l’eau pour contrôler l’utilisation de l’eau douce:

• Bosch a alloué 100 millions d’euros par an de 2018 à 2030 pour économiser 1 700 GWh d’énergie et générer 400 GWh de ses besoins énergétiques à partir de sources renouvelables pour alimenter ses usines et ses bâtiments. De même, il a alloué 10 millions d’euros par an pour réduire le prélèvement d’eau de 25% d’ici 2025.

• BMW Group a investi 161 millions d’euros en 2018 dans la protection de l’environnement. Cela comprenait des processus de production respectueux des ressources dans ses ateliers de peinture pour réduire la consommation d’électricité, les émissions de CO2 et l’utilisation de solvants.

• En 2018, Honda a investi 8,1 milliards de yens (67 millions d’euros) dans diverses initiatives comprenant : l’installation, l’exploitation et l’acquisition de la certification des systèmes de gestion environnementale ; traitement, traitement, réduction, élimination et recyclage des déchets ; et des mesures d’amélioration de l’environnement, telles que la protection des écosystèmes, le nettoyage, l’aménagement d’espaces verts et la conservation du paysage naturel.

Cependant, alors que les principaux acteurs réalisent des investissements importants comme ceux-ci, il y a des points d’interrogation quant à savoir si l’investissement global de l’industrie est suffisant pour atteindre les objectifs de développement durable.